Billy-Bishop, YQB et les gares de Montréal et Vancouver Trudeau et Obama annoncent l’expansion des mesures de prédédouanement

March 12, 2016


 

 

La plupart des observateurs s’entendent pour dire que la «bromance» entre le premier ministre Justin Trudeau et le président Barack Obama, qui a culminé hier (10 mars) par un grand dîner d’État à la Maison-Blanche, a été un grand succès médiatique. Parmi les retombées concrètes – sommes toutes assez modestes –, l’une concerne de près l’industrie du tourisme-voyage : l’expansion du prédédouanement entre le Canada et les États-Unis.

Les deux pays ont en effet pris l’engagement « de rendre les frontières à la fois plus ouvertes et plus sécuritaires, en s’entendant, en principe, à étendre les mesures de prédédouanement à l’Aéroport Billy-Bishop de Toronto et à l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec, ainsi qu’au service ferroviaire à Montréal et à Vancouver », selon les mots de Justin Trudeau. 

QUÉBEC EXULTE !

Aéroport de Québec (AQi) se félicite évidemment de l'entente canado-américaine. Les démarches pour implanter un Centre de prédédouanement américain à l'Aéroport de Québec (YQB) ont été entamées il y a déjà 15 ans, souligne-t-on.

Selon AQi, ces infrastructures aéroportuaires changeront le visage de YQB en réduisant considérablement le temps de correspondance aux États-Unis tout en constituant un véritable pôle de croissance économique pour la région de Québec et les régions avoisinantes. AQi estime que la mise en place d'un centre de prédédouanement engendrera des retombées économiques à la hauteur de 75 M$ par année et favorisera la création d'emplois dans la région, tout en facilitant le transport de nos passagers.

« Cette décision est le résultat d'un effort collectif, mais surtout de la volonté d'une région, de sa population et de sa communauté d'affaires. L'implantation d'un tel centre est indispensable pour l'avenir et le développement économique et touristique de la grande région de Québec, de l'est et du nord du Québec », a déclaré Gaëtan Gagné, président et chef de la direction de AQi.
 


Philippe Couillard

« Cette annonce permet d'envisager l'augmentation de l'offre de transport à Québec », confirme le gouvernement du Québec, en rappelant que le premier ministre Philippe Couillard et plusieurs de ses ministres ont défendu le dossier du prédédouanement auprès des hautes autorités américaines lors de leurs missions aux États-Unis.


Sam Hamad

« C'est une victoire pour la région. L'aéroport de Québec est un atout important pour le développement économique. L'obtention du centre de prédédouanement permettra à l'aéroport d'augmenter l'achalandage et ainsi de contribuer à hausser les retombées économiques pour le Québec », a déclaré le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad.

Le Canada et les États-Unis doivent maintenant entériner 
officiellement cet accord, ce qui devrait être réalisé 
au plus tard à la fin du mois de juin 2016.

 

 

 


ENTHOUSIASME À TORONTO

Même enthousiasme du côté de PortsToronto, qui travaillait également depuis plusieurs années à l'établissement d'un centre de prédédouanement américain à l'Aéroport Billy-Bishop (ABBT). 


Geoffrey Wilson

« En tant que sixième aéroport canadien le plus achalandé qui dessert les États-Unis, l'ABBT est une porte d'accès importante qui tirera avantage d'une inclusion dans ce système », a déclaré Geoffrey Wilson, PDG de la Société propriétaire et exploitant de l'ABBT.

« De plus, un centre de prédédouanement américain facilitera l'accès de nos passagers aux États-Unis, ce qui par le fait même permettra à PortsToronto d'améliorer davantage le service à la clientèle à l'aéroport, a-t-il ajouté. Le centre de prédédouanement américain permettra aussi d'augmenter nos services vers le marché américain et d'augmenter notre structure et notre attribution de créneaux. »

Sans grande surprise, Porter Airlines se réjouit aussi de l’accord, qui lui permettra de « mieux servir nos destinations américaines actuelles, améliorer nos partenariats intercompagnies et envisager de nouvelles destinations qui ne possèdent pas d'installations douanières pour les vols entrants », a indiqué le PDG, Robert Deluce. Selon lui, le service de prédédouanement bénéficiera aux plus de 400 000 passagers de Porter qui se rendent chaque année aux États-Unis par le biais de l'aéroport Billy Bishop.


Patrick Leahy

Mentionnons que le sénateur du Vermont, Patrick Leahy, a également applaudi le programme élargi de prédédouanement de laSurveillance frontalière canado-américaine (SFCA) – « une étape concrète pour la création d'un processus qui fera une grande différence dans la vie des citoyens, de part et d'autre de notre frontière », a-t-il déclaré. 

AMÉLIORER LE TRAIN ADIRONDACK ET 
FAIRE RENAÎTRE LE TRAIN VERMONTER ?


Martin Coiteux

La gare centrale de Montréal et celle de Vancouver figurent aussi parmi les sites sélectionnés pour l'obtention de services de prédédouanement américain. Le gouvernement du Québec voit naturellement d’un très bon œil l’arrivée prochaine de ce service à Montréal. « Cette annonce vient renforcer la position de notre métropole en tant que véritable moteur économique », a souligné le ministre responsable de la région de Montréal, Martin Coiteux.

Selon le gouvernement du Québec, le prédédouanement permet d'envisager « l'amélioration de la liaison actuelle du train Adirondack, qui relie Montréal et New York, et de faciliter le retour du train Vermonter à Montréal, lequel s'y est rendu jusqu'en 1995. Le retour de ce train permettrait le rétablissement éventuel de la liaison Montréal-Boston, une première depuis 1965 ».

Le Canada et les États-Unis doivent maintenant entériner officiellement cet accord, ce qui devrait être réalisé au plus tard à la fin du mois de juin 2016.

Please reload

Featured Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Recent Posts