Aide humanitaire avec Fathom

July 27, 2015

 

Carnival lance des croisières «solidaires»

 

Carnival Cruise Line recyclera un paquebot de sa filiale P&O Cruise, l’Adonia, pour lancer un nouveau concept véritablement révolutionnaire : des croisières solidaires, version nautique du tourisme solidaire.

 

 Pour ce faire, elle créera une nouvelle filiale qui sera baptisée «Fathom», terme que, dans le contexte, on pourrait traduire par «approfondir». Le navire effectuera une série de croisières de sept jours entre Miami et Puerto Plata, à partir d’avril 2016.

 

Il relâchera à Amber Cove, les installations portuaires privées de Carnival situées à proximité de Puerto Plata, qui seront inaugurées en octobre prochain. Après une courte formation donnée à bord pendant le trajet de Miami à Puerto Plata, les passagers seront répartis entre divers projets communautaires : reboisement, travail dans une coopérative de femmes qui récoltent du caco et fabriquent du chocolat, collaboration à un projet d’assainissement des eaux, enseignement de l’anglais, etc…

 

Tous les soirs, ils reviendront dormir à bord du navire qui servira d’hôtel. En ce qui concerne les repas et l’animation, l’accent sera mis sur la cuisine et la culture dominicaines.

L’Adonis a pris la mer en 2001 sous le pavillon de la compagnie Renaissance Cruises. Fathom commercialisera quatre catégories de cabines extérieures et le tarif de base a été fixé à 1 540 $ US. La nouvelle filiale sera dirigée par Tara Russel, une des figures de proue des organismes communautaires, qui a notamment fondé Create Common Good, autrement dit «Créer du bien commun».

 

Arnold Donald, président de Carnival, n’a pas occulté le fait que l’objectif principal est de réaliser des profits, avec ce nouveau type de produit, mais il observe que ces croisières bénéficieront également à la communauté de Puerto Plata et de ses environs. Sans donner de détails, il a indiqué que les commissions rétrocédées aux agents de voyages seront plus élevées que la norme pendant les trois mois suivant l’ouverture des réservations, qui aura lieu le 4 juin prochain.

Une étude menée par la firme de consultants McKinsey & Co a estimé à 1,6 milliards $ le marché du tourisme solidaire en Amérique du Nord. Un million de Nord-Américains seraient intéressés par ce type de produit et Arnold Donald estime que ce nombre ira en augmentant, à mesure que la génération du «Millenium» (autrement dit les jeunes nés au tournant du siècle) accèderont au marché du travail. Fathom devrait faire voyager 35 000 passagers dès la première année d’opérations. 

 

Carnival Cruise Lines entend accoster à Cuba dès mai 2016

Carnival Corporation envisage d'offrir des croisières, deux semaines par mois, depuis Cuba à compter de mai 2016. L’itinéraire visiterait trois destinations cubaines, mais La Havane ne figurerait pas dans le lot, étant donné que son port ne dispose pas, pour le moment, des infrastructures nécessaires pour recevoir de gros paquebots.« Ce serait la première fois en plus de 50 ans qu'un navire de croisière pourrait faire voyager des Américains à Cuba, souligne le chef de la direction de Carnival, Arnold Donald. C’est un évènement historique en soi ».

 

Le 2 juillet dernier, le gouvernement américain a donné son aval au croisiériste, mais ce dernier doit encore obtenir l’approbation des autorités cubaines pour voir son plan devenir réalité.

Même si la faisabilité du projet demeure encore incertaine, Carnival a déjà annoncé « avoir ouvert les réservations » et « accepte les dépôts dès maintenant », en précisant toutefois que si les choses tournent mal, « les voyageurs seraient remboursés ».

 

Les croisières seraient exploitées par la nouvelle marque de Carnival, appelée « Fathom », qui se dédie aux voyages humanitaires dits « People-to-People », en République dominicaine. Le navire Fathom Adonia serait affecté aux deux destinations, en alternance à chaque semaine, dès mai.  La présidente de Fathom, Tara Russell, a déclaré que les voyages à Cuba se feraient dans le même esprit que ceux en République dominicaine, c’est-à-dire qu’ils seraient « totalement immersifs et se concentreront sur l'échange éducatif, artistique et culturel, et viseront, possiblement, à soutenir les petites entreprises locales et le mouvement agricole ».

 

Dans une note de recherche, Robin M. Farley, un analyste de l'industrie de la croisière auprès de l’UBS Investment Research, a, pour sa part, mentionné que Cuba représentait une « opportunité importante » à long terme pour l'industrie des croisières.

 

 

Please reload

Featured Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Recent Posts